Mon compte

Login :

Mot de passe :

Mot de passe oublié ?

Newsletter

Inscription à la Newsletter

 

Le joueur d'échecs du Baron Von Kempelen

Dans son histoire illustrée de la prestidigitation, Max Dif nous parle du plus célèbre des automates : "Le joueur d'échecs, le plus célèbre automate, n'en était justement pas un. Il était animé par un homme caché à l'intérieur. Il fut conçu et réalisé en 1769 par le Baron de Kempelen, gentilhomme de Presbourg, où il fut exposé avant Vienne et Moscou.

Le joueur d'échecs du Baron Von Kempelen
Animation Flash
Plusieurs auteurs ont rapporté qu'il permit de faire évader de Russie un officier polonais proscrit, Worouski, amputé des deux jambes, ce qui lui permettait de loger facilement dans un réceptacle de faible dimension. En réalité le joueur d'échecs était de taille de beaucoup supérieure à celle d'un homme normal, et la caisse contenant la complexe mais inutile mécanique, à l'abri de laquelle il opérait, permettait de dissimuler facilement un opérateur secret".

La grande Catherine II de Russie engagea une partie contre le "musulman de fer", ainsi appelé, puisqu'il était habillé comme un turc. Cet épisode nous est conté par Robert-Houdin dans ses célèbres Révélations :

Le joueur d'échecs du Baron Von Kempelen

"... sur l'invitation du mécanicien, on visita le buffet et le corps du turc, et quand on se fut bien convaincu qu'il ne contenait rien autre chose que les rouages ..., on se mit en mesure de commencer la partie.

Favorisée par le sort, Catherine profita de l'avantage de jouer le premier pion; l'automate riposta, et la partie se continua au milieu du silence le plus religieux. Les pièces manoeuvrèrent d'abord sans que rien se décidât. Cependant, on ne tarda pas à voir, aux sourcils froncés de la Czarine, que l'automate se montrait peu galant envers elle, et qu'il était digne après tout de la réputation qu'on lui avait faite. Un cavalier et un fou lui furent enlevé coup sur coup par l'habile musulman. Dès lors la partie prenait une tournure défavorable pour la noble joueuse, quand, tout à coup, le turc quittant son impassible gravité, frappa violemment de la main sur son coussin, et remit à sa place une pièce avancée par son adversaire.

Le joueur d'échecs du Baron Von Kempelen
Le turc et son opérateur secret
Animation Flash

Catherine II venait de tricher. Etait-ce pour éprouver l'intelligence de l'automate ou pour toute autre cause? Nous ne saurions le dire. Néanmoins, la fière impératrice ne voulant point avouer cette faiblesse, replaça la pièce à l'endroit où elle l'avait frauduleusement avancée et regarda l'automate d'un air d'impérieuse autorité.

Le résulta ne se fit pas attendre : le turc, d'un coup de main, renversa vivement toutes les pièces de l'échiquier, et aussitôt le bruit d'un rouage, qui marchait constamment pendant la partie, cessa de se faire entendre. La machine s'arrêta, comme si elle était subitement détraquée.

Pâle et tremblant, Monsieur de Kempelen, reconnaissant là le fougueux caractère de Worouski, attendit avec effroi l'issue de ce conflit entre le proscrit et la souveraine.

- Ah! Ah! Monsieur l'automate, vous avez des manières un peu brusques, dit avec gaieté l'impératrice, qui n'était pas fâchée de voir ainsi se terminer une partie dans laquelle elle avait peu de chances de succès. Oh! vous êtes fort, j'en conviens; mais vous avez craint de perdre la partie, et par prudence vous avez brouillé le jeu. Allons, je suis maintenant édifiée sur votre savoir et surtout sur votre caractère nerveux.

Le joueur d'échecs du Baron Von Kempelen
Les différentes phases du trucage
Animation Flash

Monsieur de Kempelen commença à respirer, et reprenant courage, voulut tâcher de détruire à tout jamais la fâcheuse impression produite par le manque de respect de sa machine, faute dont naturellement il endossait toute la responsabilité.

- Que votre majesté, dit-il humblement, me permette de lui donner une explication sur ce qui vient de se passer.

- Pas du tout, Monsieur de Kempelen, interrompit joyeusement la czarine, pas du tout; je trouve au contraire cela très amusant, et je vous dirai même que votre automate me plaît tellement que je veux en faire l'acquisition. J'aurai ainsi toujours près de moi un joueur un peu vif peut-être, mais assez habile pour me tenir tête. Laissez le donc dans cet appartement et venez me voir demain matin pour conclure le marché..."

Le baron Von Kempelen fut aussi l'auteur de véritables automates et notamment de plusieurs machines "parlantes". Il expliqua le fonctionnement de l'une d'elles dans son ouvrage "Mechanismus der Menschlichen Sprache". Après y avoir étudié le mécanisme du langage chez l'homme il y décrivit les instruments de musique qui se rapprochaient le plus de la voix humaine: hautbois, clarinette, basson et cornemuse, parce que "leur anche ressemble par ses fonctions à la glotte".

Le langage sujet d'étude de Von Kempelen  Le langage sujet d'étude de Von Kempelen

Cette machine était capable, selon Goethe, "de prononcer plusieurs mots enfantins très gentiment".
Grimm, quant à lui, expliqua que "... la machine répondait déjà clairement à plusieurs questions : la voix en était agréable et douce; il n'y avait que les r qu'elle prononçait en grasseyant et avec un certain ronflement pénible. Lorsqu'on n'avait pas bien compris sa réponse, elle la répéta à nouveau, mais avec le ton d'une humeur et d'une impatience enfantine ..." Kempelen expliquait que sa machine était capable de prononcer "plusieurs centaines de mots clairement et distinctement, par exemple : papa, Maman, Marianna, Roma, Maladie, Santé, Astronomie, Opéra, Pantomime, et aussi des mots longs et difficiles tels que Constantinopolis, Monomotapa, Astrakan, Anastasius...".

Cette machine était la première à produire, non seulement certaines voyelles mais surtout des mots entiers et des courtes phrases. Selon Kempelen, il était facile de maîtriser l'instrument en deux à trois semaines pourvu "que l'on préféra produire des paroles en latin, français ou italien. L'allemand étant beaucoup plus difficile parce que composé de syllabes étouffées et de mélanges de consonnes".

Une machine parlante de Von Kempelen
Une des machines parlantes du baron Von Kempelen

Extérieurement, la machine était composée d'un caisson, d'un entonnoir en caoutchouc qui faisait office de bouche et d'un second, plus petit, divisé en deux, qui remplissait les fonctions d'un nez. Le mécanisme interne était un soufflet qui simulait les poumons.

Le flux d'air était conduit dans la "bouche" par l'intermédiaire d'un couloir très étroit. Une hanche vibrante, sorte de glotte et de cordes vocales réunies, produisait un son. Celui-ci était ensuite modulable par différents petits leviers et l'utilisation des doigts de l'opérateur pour modifier l'air à la sortie de la "bouche" afin de simuler le mouvement des lèvres.



Recherche

Votre panier

Votre panier est vide

Nouveautés

Figurine fleur solaire - Figurine personnage solaire - Wallace solaire
Figurine fleur solaire : figurine...

Prix HT : 5.42 €

Prix TTC : 6.50 €

plus d'infos ... Détail
 

Promotions

Boîte à bijoux musicale : boîte à bijoux de 30 lames avec marqueterie danseurs
Boîte à bijoux musicale...

Prix HT : 166.67 €

Prix TTC : 200.00 €
(249.00 € )

plus d'infos ... Détail
 

paiement CM

+33 (0)1 42 22 91 73

T.I.L. PRODUCTIONS 103, rue de Sèvres Galerie Commerciale Le Sévrien 75006 PARIS Tél. : +33 (0)1 42 22 91 73
www.automates-boites-musique.com contact@automates-boites-musique.com